Skip to content
13 avril 2016 / *Marion*

Isabelle: « Aborder l’allaitement en toute simplicité et sérénité est ce qu’il y a de plus important »

baby-729365_640

Isabelle, 30 ans, est maman d’une petite fille, et attend actuellement son deuxième enfant. Pour l’instant, elle a fait le choix de mettre sa vie professionnelle de côté pour s’occuper de ses enfants.

J’ai souhaité allaiter ma fille, et c’est également un désir pour le bébé à venir, parce que pour moi l’ est un geste, un don instinctif et naturel qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit de refuser ou de contourner.

Les atouts pour l’enfant sont nombreux : il représente un apport majeur d’un point de vue santé qui n’est plus à démontrer, c’est un échange privilégié dans le rapport mère/enfant (bien que ce ne soit pas mon préféré et que je réserve au papa des moments que j’estime tout aussi importants comme le bain ou la première sieste en peau à peau), c’est un gain de temps car pas de préparation, une facilité, une économie…

Bref : une évidence.

Mis à part quelques échanges avec ma sage-femme à ce sujet, je ne me suis pas réellement préparée pour le premier allaitement, qui se déroulait plutôt très bien avant que l’on se rende compte que ma fille avait un reflux.

J’ai donc été contrainte par la suite de louer un tire-lait (double pompe s’il vous plait, modèle ultra performant et dernier cri), ce qui a été une vraie plaie. Moi qui avait une quantité incroyable de lait, celui-ci s’est raréfié progressivement dès que j’ai été contrainte à ce mode de fonctionnement. Je devais tirer environ 6 ou 7 fois par jours, parfois plus, puis épaissir le lait pour le redonner ensuite à ma fille… Double de travail, de fatigue, beaucoup de frustration. Malgré tout, j’ai essayé de conserver une mini tétée et j’ai réussi à tenir jusqu’à ses 6 mois. Après ça, je n’avais plus rien du tout mais au moins, la sensation d’avoir fait pour le mieux.

Comme je n’ai pas eu de difficulté particulière pour allaiter et pas d’appréhension, je n’ai pas eu à demander réellement de l’aide et je ne le fais pas non plus pour ma deuxième grossesse. J’ai la chance d’accoucher à domicile et ma sage femme étant toujours très disponible, les petites interrogations qui pouvaient ou pourraient se présenter trouvent vite une réponse, et surtout, on est beaucoup dans l’instant présent, c’est l’avantage de ce fonctionnement « à la maison ». Tout est très personnalisé et on prend le temps.

J’ai arrêté de travailler pour m’occuper de mes enfants, je leur réserve « exclusivement » quelques années de ma vie, en mettant mon parcours professionnel entre parenthèses justement pour pouvoir assurer, entre autres, l’allaitement que j’estime très important. A priori, pas grand chose ne pourrait me faire renoncer à allaiter mon second enfant, mais je suis humaine, les deux grossesses étant rapprochées, je pense que la fatigue pourrait avoir raison de moi.

Aux futures mamans qui envisageraient d’allaiter leur bébé, je leur dirais de ne pas trop anticiper! Consulter les expériences des unes et des autres peut être instructif, mais il faut lire ça dans l’esprit de partage, avec le recul nécessaire.

Je ne pense pas qu’il faille « prévoir » les problèmes mais plutôt aviser, faire au mieux si ceux-ci se présentent et aborder l’allaitement en toute simplicité et sérénité, car c’est ce qu’il y a de plus important.

Souvent, j’entends des mamans angoisser par rapport à une première mauvaise expérience ou le vécu d’autres femmes, mais je pense qu’elles se mettent une pression inutile car il faut bien garder à l’esprit que chaque allaitement est unique. C’est un formidable temps que celui de l’allaitement, qui n’est pas offert à tout le monde. Je pense que les femmes qui peuvent l’accorder à leur enfant ont beaucoup de chance et celles qui ne le peuvent pas doivent l’accepter car elles ont certainement fait au mieux, comme toutes les mamans!!

Photographie: Pixabay, Licence CC0

Un commentaire

Laisser un commentaire
  1. Gael / Avr 22 2016

    Super témoignage Isabelle, merci!
    Merci également d’aborder le sujet de l’accouchement à domicile 🙂

    Pour plus d’informations, vous pouvez aller sur le site du CDAAD, cdaad.org, et sur FB https://www.facebook.com/choisirsonaccouchement/ . Bientôt aura lieu la SMAR, semaine de l’accouchement respecté, du 16 au 22 mai, partout en France auront lieu des évènements sur le thème « mon corps, mon bébé, mon choix », jetez un oeil! https://cdaad.org/2016/04/14/semaine-mondiale-de-laccouchement-respecte-du-16-au-22-mai-2016/

    Je te souhaite tout plein de bonne choses Isabelle, une super naissance comme tu en rêves, et une bonne continuation!

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free