Skip to content
12 octobre 2016 / *Marion*

Ma salle de bain zéro déchet : La coupe menstruelle

cup1 1 Ma salle de bain zéro déchet : La coupe menstruelle

La semaine dernière, Céline, ambassadrice cliente et moi-même, vous racontions notre choix de troquer les protections conventionnelles contre des serviettes lavables. Oui, ce choix peut être perçu comme un retour en arrière, oui, il peut paraître contraignant, et non, toutes les femmes n’y trouveront pas leur compte. Fort heureusement, il existe une autre alternative lavable que d’aucunes préféreront de par son côté « invisible » : la coupe menstruelle. C’est la qu’Isabelle, cliente ambassadrice, a choisie :

Pourquoi avoir choisi la  ?

Après avoir lu plusieurs articles sur les dangers liés à l’utilisation des tampons, je me suis posé pas mal de questions sur le mode de protection que j’allais adopter. Je voulais quelque chose d’efficace, peu coûteux, et surtout confortable. L’option serviettes hygiéniques ne me convenait pas, j’ai toujours trouvé le côté « macération » peu agréable, particulièrement en été. L’option tampons bio ne me séduisait pas totalement par le prix et le fait que cela génère toujours des déchets.

J’avais déjà entendu parlé de la cup et je trouvais ça juste… BIZARRE.

Cup3 1 Ma salle de bain zéro déchet : La coupe menstruelleQuoi ? vous avez dit « beeaaaaark » ?!?

Et bien sachez que moi aussi je fais partie d’une génération où l’on m’a appris que le progrès, la propreté, c’est le jetable. Oui, il n’est pas toujours évident de se libérer de telles idées et d’envisager de se défaire de ses habitudes. Mais…

Il m’a fallu peu de temps pour constater les avantages à réviser cette position (qui n’en est pas vraiment une d’ailleurs, puisque je ne m’étais jamais vraiment questionnée à ce sujet). Après réflexion, de tous les moyens disponibles, la cup me paraissait le plus sain. J’ai trouvé une sur Greenweez.com et j’ai décidé de tester parce qu’elle me semblait être en mesure de répondre parfaitement à mes exigences : autonomie, confort, budget et impact environnemental !

La coupe menstruelle, comment ça marche ?

Très simplement : il s’agit juste d’une coupelle de silicone à insérer (c’est un coup de main à prendre, comme pour les tampons). Celle-ci, en s’ajustant aux parois, recueille le fluide et peut être retirée grâce à une petite tige qui permet de la récupérer plus facilement. Il existe plusieurs tailles de cups, elle sea choisie en fonction de votre profil (grossesse, âge…) et parmi plusieurs marques (certaines convenant mieux que d’autres, en fonction de votre morphologie).

Est-ce facile d’ ?

Il suffit de la vider, idéalement de la laver avec de l’eau et si possible du savon doux (je dis idéalement par ce n’est pas une absolue nécessité, d’autant plus que certains wc n’ont pas de lavabo ou de point d’eau fermé). Une fois le cycle achevé, une stérilisation à l’eau bouillante … Et c’est tout ! Peut-on faire plus simple ?

Y a-t-il des précautions d’hygiène particulières à respecter ?

Rien qui ne soit pas évident. Avoir les mains propres, nettoyer régulièrement la cup et respecter un temps maximum sans la vider. Quant à ce dernier point, je pense qu’il est propre à chacune, en fonction de l’intensité du flux et du moment du cycle.

N’est ce pas trop contraignant quand l’on n’est pas chez soi ?

cup2 1 Ma salle de bain zéro déchet : La coupe menstruelleTout dépend d’où l’on va mais surtout du temps d’absence. S’il y a des toilettes avec point d’eau, c’est parfait. On peut toujours s’armer d’une petite bouteille d’eau au cas où. Après, je n’ai jamais eu l’occasion d’utiliser la cup dans un endroit parfaitement inconnu mais si l’on a un peu d’eau sur soi, cela ne devrait pas poser de problème.

L’avantage, c’est que la cup permet une grande autonomie. Cette autonomie dépend aussi bien sûr de l’abondance du flux. Autant dire qu’enchainer une journée complète en début de cycle, sans la vider, n’est pas envisageable comme c’est le cas pour toutes les méthodes de protection. J’entends beaucoup de personnes qui sont déçues parce qu’elles avaient lu que la cup pouvait se garder jusqu’à 12h d’affilées… Soyons réalistes, ce n’est pas une citerne. Donc si vous avez des pertes très abondantes, je vous déconseille de viser cette échéance les 2 premiers jours de cycle. Par contre, c’est une option tout à fait possible quand le flux est moins intense !

Mon bilan sur la coupe menstruelle :

Au delà des aspects évidents que l’on évoque à ce sujet,  j’ai pu constater d’autres avantages :

  • La cup s’utilise pendant toute la durée des règles. Qui n’a pas serré les dents en retirant son tampon en fin de cycle ? Personnellement il m’est arrivé régulièrement de souffrir d’irritations après avoir retiré un tampon encore presque sec.
  • Je n’ai jamais été incommodée par aucune odeur.
  • Il n’y a aucun signe extérieur qui indique que l’on traverse la mauvaise période donc, même si vous êtes comme moi, adepte de la tenue d’Eve après une dure journée… sachez que c’est tout à fait possible de le faire… avec classe !
  • Moi qui était sujette aux mycoses (oui, pas sexy du tout mais on est à l’heure des confidences donc, allons-y), je n’en ai jamais souffert depuis l’utilisation de la cup.

Bref, je trouve que c’est LE moyen écologique, sain, propre et confortable de protection par excellence.

 

5 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. GREEN HEALTHY GIRLY / Oct 16 2016

    Totalement d’accord avec toi. Même si j’ai eu une mauvaise expérience avec ma première lunacopine qui me file des mycoses presque à chaque utilisation. Impossible de repasser aux serviettes !

  2. Sophie / Oct 17 2016

    La cup a changé ma vie clairement ! Je ne sens presque plus que je suis indisposée et je peux vivre mes journées de nana hyperactive sans y penser ! Elle a de très nombreux avantages, le seul petit truc est qu’il faille s’y habituer ! Merci pour cet article clair et convaincant !

  3. fleureau / Oct 18 2016

    Une question que je me pose, comment faîte vous pour les toilettes sans lave main ds le toilette.Il me manque plus que sa pour sauter le pas 🙂

    • Charlotte / Oct 19 2016

      Bonjour Fleureau,

      Pour ce petit détail, vous pouvez facilement prendre l’habitude d’avoir sur vous, un petit paquet de lingettes intimes, afin de nettoyer la cup par exemple, et si vraiment en panne de lingettes, une petit mouchoir en papier humidifié pour nettoyer succintement la cup (avec l’intention de la nettoyer plus en profondeur le plus rapidement possible, et de la remettre dans l’eau bouillante le soir venu bien entendu). Bien à vous ! Sautez le pas, ça change la vie ! 😉

  4. Dany / Oct 26 2016

    Je suis une adepte de la cup et trouve ça génial. Néanmoins attention à la durée maximale de port qui ne doit pas excéder 4 à 8h, non pas en raison du risque de fuites, mais pour prévenir le risque de choc toxique lié au règles. Ce syndrome très grave a mis en évidence la dangerosité des tampons, mais peut aussi se manifester chez des porteuses de cup, car ce n’est pas lié aux composants mais aux bactéries qui stagnent dans les fluides menstruels. (cf un article de l’UFC Que Choisir daté d’avril 2016).

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free