Skip to content
28 septembre 2016 / *Marion*

Ma salle de bain zéro déchet: Les cosmétiques solides

WEEZip Ma salle de bain zéro déchet: Les cosmétiques solides

Les pains de savon, vestiges d’un temps jadis ? Pas si sûr… Ces derniers temps, le pain de savon fait son grand retour, et il n’est pas seul ! Désormais, il côtoie shampoings, déodorants et autres solides, pour le plus grand bonheur de notre corps… Et de notre Planète. Les solides, pour ma part, je les aime, et plus encore, d’où mon enthousiasme quand on m’a proposé de vous en faire la revue :

Le pain de savon

Démodé, le pain de savon ? Pas chez moi en tout cas ! Aux côtés des désormais traditionnels savons de Marseille ou d’Alep, l’on trouve maintenant des savons saponifiés à froid, que j’avais déjà mentionnés cet été lorsque j’avais évoqué ma routine slow, et dont je ne me lasse pas !

Côté santé : comme leur nom l’indique, les savons saponifiés à froid ne sont pas chauffés lors de leur fabrication, ce qui permet de préserver la glycérine qu’ils contiennent, et donc leurs propriétés hydratantes. Par conséquent, ces savons sont moins décapants que tous les autres savons confondus, et leur douceur en fait des produits de choix pour nettoyer non seulement le corps, mais aussi la peau plus fragile du visage.

Astuce : la marque Secrets de Provence – entre autres – propose désormais des pains de rasage. Ces savons sont spécifiquement conçus pour remplacer les mousses à raser… Et ainsi éliminer encore un produit aux ingrédients potentiellement indésirable, et générateur de déchets.

Côté budget : il faut compter entre 3.90 euros et 6 euros environ pour un savon saponifié à froid de 100g, sachant qu’en prenant soin de bien le conserver, il dure environ un mois (pour une personne). Guère plus économique qu’un gel douche, peut-être, mais tellement plus doux pour notre peau !

Coté pratique : s’il fallait trouver un seul petit défaut aux savons saponifiés à froid, ce serait qu’ils sont plus sensibles à la chaleur et à l’humidité que les pains de savon classiques. Il convient donc de les entreposer hors de la douche ou baignoire, pour éviter qu’ils ne s’abîment prématurément.

Et la Planète ? Il est possible de trouver des savons saponifiés à froid fabriqués en France et , notamment chez Fun’Ethic et Clémence et Vivien. Apaisant, exfoliant, purifiant, il y en a pour toutes les peaux ! Côté emballage, le minimalisme est de mise : un emballage en carton recyclable, rien de plus, rien de moins. Mieux encore, ces savons sont 100% biodégradables : ils n’engendrent pas de pollution lors de leur utilisation.

Le shampoing solide

Cosmétiques2 Ma salle de bain zéro déchet: Les cosmétiques solidesSi vous m’aviez dit il y a de cela quelques années que je me laverais les cheveux avec un shampoing en forme de cannelé, je vous aurais très probablement ri au nez. Et pourtant… Depuis que je me suis décidée à passer outre mes réticences et à enfin essayer le shampoing solide (pour ma part le Lamazuna pour cheveux secs), je ne m’en lasse pas.

Côté santé : la composition du Lamazuna (et d’une manière générale, des shampoings solides) est beaucoup plus light que celle de ses équivalents liquides, en raison de l’absence de phase aqueuse, laquelle induit la présence de conservateurs et autres ingrédients potentiellement indésirables tels que le silicone, les sulfates et colorants.

Et pour moi, une liste d’ingrédients la plus courte et la plus irréprochable possible est un critère de choix : éliminer les sulfates, pour ne citer qu’eux, c’est aussi éliminer une cause majeure d’irritation du cuir chevelu, et dire adieu aux démangeaisons si désagréables.

A noter aussi, et c’est l’une des promesses de Lamazuna, les cheveux regraissent moins vite, ce qui permet d’espacer les shampoings… Et donc d’avoir entre les mains un produit qui dure longtemps, très longtemps. Et, pour achever de nous séduire, le shampoing se rince et se démêle facilement et laisse les cheveux tout doux.

Attention, contenant des , les shampoings Lamazuna sont déconseillés aux enfants de moins de 3 ans et aux femmes enceintes, qui pourront se tourner vers les shampoings solides Secrets de Provence, également sans colorants, conservateurs, silicone et sulfates.

Côté budget : il faut compter une dizaine d’euros pour un shampoing Lamazuna, un peu moins pour un de marque Secrets de Provence. Néanmoins, il suffit d’une dose infime de shampoing pour laver les cheveux (sans sacrifier la mousse onctueuse que l’on aime tous et toutes !). Utilisé à raison de deux fois par semaine environ, on peut espérer se servir du shampoing pendant au moins 3 mois. Mis bout à bout, à cette fréquence, le shampoing solide coûte donc presque deux fois moins cher que son équivalent liquide (et bio).

Côté pratique : le shampoing solide prend très peu de place et se glisse facilement dans une trousse de toilette. J’ai investi dans la boîte dédiée, qui me permet non seulement de stocker le shampoing à la maison mais aussi de le transporter sans difficultés.

Et la Planète ? Comme pour les savons saponifiés à froid, il est possible de trouver des shampoings solides fabriqués en France (Lamazuna, Secrets de Provence) et vegan (Lamazuna). Côté emballage, Lamazuna respecte sa ligne de conduite zéro déchet avec un étui en carton recyclable, tandis que chez Secrets de Provence, il s’agit d’un sachet en plastique. Et, qui dit composition light dit moins de substances potentiellement toxiques déversées dans la nature lors de leur utilisation. Enfin, qui dit facile à rincer dit aussi économies d’eau, ce qui est bon et pour notre budget et pour notre Planète !

Le déodorant

Cosmétiques3 Ma salle de bain zéro déchet: Les cosmétiques solidesSi, tout(e) à notre quête d’une salle de bains (presque) zéro déchet, l’on souhaite se séparer des traditionnels produits en spray ou en sticks sans pour autant se lancer dans les cosmétiques maison, deux choix s’offrent à nous : un déodorant solide ou en baume.

Pour ma part, depuis un raté avec l’ de palmarosa qui était d’une efficacité redoutable mais m’a (hélas !) provoqué de l’eczéma, j’utilise en alternance comme suggéré par Marie du blog Sweet & Sour le déodorant solide de Lamazuna et l’un ou l’autre baume Clémence et Vivien.

Côté santé : si l’utilisation d’un déodorant solide ou en baume nécessite de reprendre contact avec son corps, elle implique aussi de se réhabituer à la sensation d’humidité laissée par la transpiration. Et oui, ces déodorants ne font pas barrière à la transpiration, processus naturel qui a pourtant son importance, permettant entre autres la thermorégulation de notre organisme.

Passée la surprise des premiers instants, ces déodorants sont efficaces en cas de transpiration légère à normale, mais néanmoins un peu justes en cas de forte transpiration ou d’activités sportives.

On apprécie par ailleurs leur formulation toute douce, à base d’ingrédients naturels et sans sels d’aluminium.

Côté budget : les baumes Clémence et Vivien coûtent 7.90 euros l’un, tandis qu’il faut compter une dizaine d’euros pour le déodorant solide Lamazuna. Néanmoins, leur durée de vie est très longue (plusieurs mois, utilisés quotidiennement et en alternance) comparée à celle d’un déodorant classique, ce qui en fait des produits économiques.

Côté pratique : à l’application, mon cœur penche pour les baumes Clémence et Vivien, plus agréable que le Lamazuna, qui nécessite d’être humidifié. Néanmoins, le déodorant Lamazuna me paraît légèrement plus efficace sur moi, difficile donc de les partager (c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je les utilise en alternance). Les deux se glissent facilement dans le sac à mains ou une trousse de toilettes (à condition de placer le Lamazuna dans un petit contenant).

Et la Planète ?  Ces déodorants produisent peu de déchets comparé aux déodorants classiques : l’emballage en carton recyclable pour le Lamazuna, le pot en verre (recyclable) avec couvercle en plastique pour le Clémence et Vivien.

Cosmétiques1 Ma salle de bain zéro déchet: Les cosmétiques solides

Le dentifrice

Pour ma part, le dentifrice est le produit d’hygiène qui m’a le plus coûté de remplacer : il faut dire que je suis passée sans transition aucune du dentifrice (bio) en tube à la poudre faite maison en suivant la recette de la famille (presque) zéro déchet, qui me convient parfaitement pour l’instant.

Côté santé : la composition minimaliste de mon dentifrice ( de soude alimentaire, blanche, sel, huile essentielle de menthe poivrée ou citron) ne nuit pas à son efficacité, il laisse les dents propres et lisses et l’haleine fraîche. Si les premiers jours j’étais rebutée par son goût salé et sa consistance liquide (il ne mousse pas, contrairement aux dentifrices en tube), je m’y suis vite habituée, pour finir par le trouver plus efficace que le dentifrice bio que j’utilisais auparavant.

Attention, l’application de bicarbonate de soude au quotidien sur les dents est controversée, celui-ci étant réputé abrasif pour l’émail des dents. Au moindre doute, il convient de s’en référer à son dentiste.

Côté budget : le dentifrice est sans aucun doute mon poste de dépense le moins élevé, puisque la poudre me dure 3 semaines à un mois, et me revient donc à seulement une petite vingtaine d’euros par an.

Côté pratique : à titre personnel je trouve le dentifrice légèrement plus encombrant qu’un dentifrice en tube, néanmoins son transport reste facile.

Et la Planète ? Des ingrédients 100% naturels et un pot en verre réutilisé à chaque fois après un nettoyage soigneux, difficile donc de produire moins de déchets…

Astuce : faire vos propres cosmétiques maison vous rebute, et vous ne pouvez vous passer de mousse pour laver vos dents ? Pas de panique, Lamazuna propose un dentifrice solide à la composition irréprochable, qui présente l’avantage de mousser, et qui laisse les dents propres et l’haleine fraîche : bref, il fait ce qu’on lui demande.

Le mot de la fin ?

S’il est une chose que j’aime avec les cosmétiques solides (hormis les avantages déjà évoqués), c’est qu’ils invitent à prendre le temps. Prendre le temps d’utiliser des produits parfois un peu plus contraignants que les produits classiques, mais tellement plus respectueux de notre corps et de ce qui nous entoure. Et surtout, prendre le temps de se réapproprier notre corps.

Et vous, avez-vous déjà succombé aux charmes des cosmétiques solides ?

@mariongreenweez

Crédit photo : Greenweez.com

14 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. virginie / Sep 29 2016

    Coucou,
    merci pour ces précieux conseils.
    J’ai fait passer ma famille en savon et « savon shampoing » , de chez Lush, depuis plusieurs mois maintenant et nous sommes tous ravis!! moins de savon dans les yeux pour les garçons. Moins de plastique à la maison et pour mes cheveux longs une sensation de douceur sans aprés shampoing! j attendais de passer au dentifrice solide , d où mon intérêt pour ton article
    merci

    • *Marion* / Sep 29 2016

      Bonsoir Virginie, avec grand plaisir, je suis ravie si mon article t’a plu 🙂 ! Vous avez déjà mis en place une chouette routine slow, bravo! Bon courage pour le passage au dentifrice solide ;)…bonne soirée

  2. Pola / Sep 29 2016

    Super pour tous ces conseils de produits, ça donne vraiment envie d’essayer, par contre, il vaut mieux éviter de les acheter sur Greenweez qui vient d’être racheté par Carrefour. Privilégiez les petits commerçants plutôt que ce géant qui n’a rien d’éthique.
    Merci en tout cas pour ce partage.

    • *Marion* / Sep 30 2016

      Bonjour,

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire 🙂 . En effet nous avons été rachetés par le groupe Carrefour cet été, sachez toutefois que cela ne change en rien notre engagement en faveur du bio, du reste l’équipe de Greenweez (dont je fais partie) est restée en place. Pourquoi ne pas nous laisser une chance en voyant ce que cela donne dans les prochaines années 😉 ?

      Bonne journée!

  3. nath / Oct 4 2016

    Passée au savon de marseille ou saponifié à froid depuis deja un moment , et passée maintenant au shampoing solide Lamazuna ou Sativa ainsi qu’au déo solide sativa ou Schmidt’s et j ‘en suis ravie

    • *Marion* / Oct 13 2016

      Bonjour! Merci pour votre commentaire 🙂 je ne connais pas la marque Sativa, je vais aller regarder, vous m’intriguez 😉 … Belle journée!

  4. Snow / Oct 5 2016

    Merci pour cet article 🙂

    Par contre je souhaite dire que les SAF sont quand même un peu chauffé (à maxi 50°C si ma mémoire est bonne 😉 ) pour que les diverses huiles puissent se mélanger (ou fondre) sans être dénaturée alors que les autres pains de savons sont chauffés à bien plus haute température (comme c’est le cas du savon de Marseille 🙂 )

    • *Marion* / Oct 5 2016

      Bonjour,

      Merci à vous pour cette précision, vous avez raison: bien que ces savons soient appelés « savons saponifiés à froid », la saponification se fait aux températures les plus basses possibles, en général à température ambiante (bien qu’il puisse y avoir de petites variations selon les artisans savonniers), je ne suis pas revenue dessus car j’avais expliqué le mécanisme dans un précédent article 😉 .

      Bonne journée 🙂

  5. sabrinamkp / Oct 9 2016

    J’adore les cosmétiques solides ,je retrouve les mêmes produits que j’utilise aussi notamment la découverte des baumes clémence et vivien 🙂

    en shampoing solide je te conseille ceux de pachamamai il y en a pour tous les goûts en plus 🙂

    Bisous

  6. *Marion* / Oct 10 2016

    Coucou Sabrina!

    Merci 🙂 C’est vrai que ces produits sont top!

    Décidément, il va vraiment falloir que je teste les Pachamamaï, je n’en entends que du bien 😉 …

    Belle journée, bisous

  7. Cyrielle / Nov 9 2016

    Nous sommes passés aux cosmétiques solides avec des hauts et des bas ;)!
    Côté savon pour le corps pas de soucis et pour les fleurs de shampoing ça marche bien par contre les shampoings solides pachamamai se sont révélés très chouettes au départ mais à la moitié de son utilisation le solide s’est cassé en de multiples petits morceaux et à ce prix là c’est pas cool…je le déconseillerais pour des cheveux longs et épais comme les miens…
    Côté déo le pachamamai est pas mal mais cher je préfère de loin le baume clémence et vivien beaucoup plus durable et économique 🙂
    Quant au dentifrice là je conseillerais le pachamamai cher mais durable efficace et qui laisse bonne haleine, j’ai été très déçue par le lamazuna qui a tout de suite « fondu » et est devenu quasi inutilisable.

    • *Marion* / Nov 10 2016

      Bonjour,

      Merci pour votre retour 🙂 ! Sachez que Lamazuna a revu la formule de son dentifrice solide pour que celui-ci ne fonde pas et reste solide le temps de son utilisation 😉 .

      Belle journée!

  8. Manue / Nov 26 2016

    Merci pour l’article!
    Pour le deo, je fabrique le mien maison avec de l’huile de coco désodorisée, du bicarbonate de soude, de la fécule de maïs et quelques gouttes d’huile essentielle d’orange douce. Dans un petit pot en verre ça se conserve super bien, c’est hyper efficace, anti-transpirant et pas d’odeur même en cas de grosses chaleur. Même mon homme s’y est mis!

    • *Marion* / Nov 28 2016

      Merci à toi pour ton retour et ce partage,je note la recette, à tester 😉 !

      Belle journée 🙂

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free