Skip to content
13 octobre 2015 / *Marion*

PETITS MAUX D’HIVER (1/3): Mieux vaut prévenir que guérir

  PETITS MAUX DHIVER (1/3): Mieux vaut prévenir que guérir

Prévenir les petits (et gros) maux d’ commence par l’adoption de mesures d’ que l’on ne répétera jamais assez, à commencer par se laver les mains régulièrement, que l’on soit malade ou non, éviter les contacts rapprochés avec les personnes malades et bien se couvrir pour sortir.

Jusque-là, rien de nouveau. Mais, au-delà de ces gestes simples, prévenir les maux d’hiver, c’est avant tout avoir une bonne hygiène de vie : aérer notre logement, manger, bouger…

 

…Et les habitudes de vie

pexels photo large 1 300x200 PETITS MAUX DHIVER (1/3): Mieux vaut prévenir que guérirEn premier lieu, une variée et équilibrée est primordiale pour prévenir les rhumes et autres . Un apport suffisant en vitamines (vitamines A, C, B9…), minéraux, oligo-éléments (zinc…) permet à notre système immunitaire d’assurer son rôle de défense de l’organisme.

Pour le booster, nous pouvons par ailleurs miser sur  deux alliés de poids :

  • les probiotiques, que l’on trouve notamment dans les yaourts
  • les antioxydants, présents essentiellement dans l’ail, les oléagineux, les fruits et les légumes, mais aussi dans le vert…

Amateurs de thé, à vos tasses !

Boire beaucoup d’eau est également un geste à ancrer dans nos habitudes, puisque cela permet de drainer les toxines en faisant travailler nos reins, dont le rôle est d’éliminer de notre organisme les déchets transportés par le sang. En moyenne, il est conseillé d’en consommer 1.5 litre, café, thé, tisanes ou soupes inclus, étant constitués essentiellement d’eau.

 

Il faut en plus pratiquer un exercice physique régulier. Rassurez-vous, on ne vous demande pas de préparer un marathon, mais tout simplement de pratiquer au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche par jour (une heure pour les enfants et adolescents). Cet exercice physique modéré permet en effet de  stimuler temporairement nos défenses immunitaires. Attention toutefois, le surentraînement produit l’effet inverse en sur-stimulant nos défenses, qui s’en retrouvent alors affaiblies, nous rendant plus vulnérables face aux virus hivernaux.

Enfin, soyons…Zen ! Et oui, le stress et la fatigue affaiblissent nos défenses immunitaires, on passe donc en mode cocooning afin d’aborder l’hiver en toute sérénité. Et si ces bonnes habitudes ne nous paraissent pas suffisantes, plusieurs solutions peuvent nous permettre de donner un coup de pouce supplémentaire à notre système immunitaire.

Pages : 1 2

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free