Skip to content
13 janvier 2017 / *Marion*

Petits maux d’hiver : 5 huiles essentielles à avoir à portée de mains

iStock 498283334 Petits maux dhiver : 5 huiles essentielles à avoir à portée de mains

Si l’été les peuvent nous aider à soulager nos petits bobos au naturel, pourquoi n’en serait-il pas de même lorsque le froid s’installe ? Epidémie de grippe, gastro-entérite… Difficile de passer entre les microbes. Quand certains se tourneront vers l’allopathie, d’autres préféreront profiter des bienfaits que nous offrent les plantes, en optant pour l’. Nombreuses sont en effet les huiles essentielles qui peuvent nous donner un coup de pouce bienvenu pour booster notre immunité… Ou soulager les symptômes des installés :

Les essentielles de l’

Le niaouli & l’eucalyptus radiata pour nos voies respiratoires

A l’origine de la renommée du niaouli, son action sur les voies respiratoires hautes, qui en fait une particulièrement adaptée en cas de nez bouché ou sécrétions nasales, angines, rhumes, sinusites.

Action d’autant plus intéressante qu’au-delà de sa qualité d’anti-infectieux, elle est également expectorante et anti-inflammatoire.

Et parce que même en hiver, on peut souffrir d’affections cutanées, on l’appréciera pour son efficacité à lutter contre le zona ou encore les virus herpétiques.

Utilisée en synergie avec la menthe poivrée, elle aura un effet antalgique, tandis qu’associée au ravintsara ou à l’eucalyptus radié, son action antivirale sera décuplée.

L’huile essentielle d’eucalyptus radiata est quant à elle essentiellement appréciée pour ses vertus expectorantes : elle fluidifie les bronches, facilitant ainsi l’expulsion des sécrétions  produites par nos voies respiratoires basses. En d’autres termes… Elle est efficace en cas de toux.

Mais ses qualités ne s’arrêtent pas là ! , angine, bronchite et même sinusite, rares sont les maux affectant la sphère ORL – et donc les voies respiratoires hautes – qui lui résistent, ce grâce à son action antivirale, laquelle en fait au passage une excellente alliée en cas de grippe. On lui prête également une action antibactérienne et antifongique.

Et, ce qui ne gâche rien, elle est considérée comme immunostimulante. En d’autres termes, elle stimule nos défenses immunitaires… Au même titre que l’huile essentielle de ravintsara, avec laquelle elle peut d’ailleurs être utilisée en synergie (pour décupler son action antivirale et expectorante).

Le ravintsara pour booster notre immunité

Au rang de ses qualités, le ravintsara est réputé pour être un puissant immunostimulant doublé d’un redoutable anti-infectieux. Comme l’eucalyptus radiata et le niaouli, cette huile essentielle peut ainsi être utilisée en cas de maladies affectant la sphère ORL telles que les otites, sinusites, rhumes…

Sa puissante action anti-infectieuse en fait par ailleurs une alliée de choix pour prévenir (ou, si l’on n’a pas pu passer au travers, guérir) la grippe.

Et, à moindre degré, elle est expectorante.

Si on ne lui prête pas la capacité à faire baisser la fièvre, elle va toutefois de par son exceptionnelle action anti-infectieuse lutter contre le virus responsable de cet état fébrile.

Les intemporelles

Aux côtés des huiles essentielles agissant spécifiquement sur les petits (ou gros) tracas auxquels nous pouvons être confrontés en hiver, il me semblait intéressant d’en aborder deux autres qui peuvent être également utiles pour soulager les bobos d’été.

Non seulement leurs vertus respectives sont complémentaires à celles précédemment évoquées, mais elles peuvent nous donner un coup de pouce si l’on n’a pas (encore ?) d’huiles essentielles plus spécifiques sous la main quand les virus frappent à notre porte.

Le tea tree, puissant antibactérien

Comme l’eucalyptus radiata et le ravintsara, le tee trea est réputé être un excellent immunostimulant et anti-infectieux, pouvant être utilisé notamment en cas de grippe ou de gastro-entérite.

On retient particulièrement son action antibactérienne exceptionnelle : en dehors de l’aide qu’elle peut nous apporter en l’absence d’huiles essentielles plus spécialement adaptées au traitement des affections des voies respiratoires, elle peut être utilisée en cas de petites plaies, acné ou encore furoncles, autant d’affections cutanées désagréables.

Toutes ses qualités font d’elle une huile essentielle à garder sous le coude hiver comme été, tout comme la menthe poivrée :

La menthe poivrée, pour la gastro-entérite (mais pas que)

Si les migraineux/ses l’ont toujours sous le coude, la menthe poivrée peut s’avérer une formidable alliée en cas de petits maux d’hiver.

Connue pour ses effets antalgique et antispasmodique lui permettant de soulager entre autres douleurs les maux de tête, nausées et vomissements, l’huile essentielle de menthe poivrée a également une action anti-inflammatoire, agissant notamment au niveau des voies respiratoires, et aide notamment à dégager un nez qui serait encombré.

Son action anti-infectieuse est par ailleurs efficace en cas de gastro-entérites.

Attention, il convient de ne l’utiliser que sur de petites zones du corps, compte tenu de son « effet glacé ».

Le tout en un : Alternativ’Aroma, Salvia Nutrition

3D compo alternative aroma capsules et goutes CP2 RVB Petits maux dhiver : 5 huiles essentielles à avoir à portée de mains

8 huiles essentielles réunies en un seul produit pour nous permettre d’affronter l’hiver en toute quiétude (ou presque), c’est le rêve, non ?

C’est ce que nous propose l’entreprise familiale Salvia Nutrition avec Alternativ’Aroma, un complexe alliant 8 huiles essentielles traditionnellement réputées pour leur action antivirale et / ou immunostimulante. Précisément dosée, ce qui la rend sûre, cette formule fait ses preuves depuis plus de 35 ans maintenant. On y retrouve le niaouli et le ravintsara, mais aussi la cannelle écorce (puissante anti-infectieuse) ou encore, moins connu, l’ajowan (immunostimulant exceptionnel).

D’un point de vue pratique, la synergie Alternativ’ Aroma est disponible soit sous forme de gouttes, soit en capsules, toutes deux labellisées bio. Côté capsules, on apprécie la présence d’huile végétale de périlla, riche en omégas 3, tandis que côté gouttes on retient d’elle le label permettant son utilisation par le plus grand nombre

Attention toutefois, elle ne peut être utilisée ni par les femmes enceintes ou allaitantes, ni par les enfants de moins de 6 ans… Et pour leurs aînés de 6 à 12 ans, on pense à diminuer les doses de moitié !

Ce qui m’amène au dernier point : n’est pas aromathérapeute qui veut ! Les huiles essentielles, si elles peuvent être de formidables alliées pour lutter contre les petits maux d’hiver, nécessitent d’être manipulées avec précaution, et sont déconseillées voire pour certaines interdites aux femmes enceintes et aux enfants en bas âge.

122 BILLET AROMA HIVER TABLEAU Petits maux dhiver : 5 huiles essentielles à avoir à portée de mains

Et vous, quelles sont vos huiles essentielles indispensables pour un hiver serein ?

@mariongreenweez

Crédit photo : Istock, Salvia Nutrition

2 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Chris / Jan 17 2017

    On peut ajouter aux propriétés déjà citées pour l’huile essentielle de teatree, les caractéristiques suivantes qui servent pas mal en hiver :
    Antifongique
    Anti-inflammatoire
    Anti-oxydant
    Anti-viral
    Expectorant

  2. nync / Jan 20 2017

    Bravo pour cet article.
    Juste une mise en garde : les huiles essentielles sont toutes des produits très concentrés, à utiliser avec précaution, en particulier quand on choisit la voie orale. Le thym et le tea tree en particulier sont « violents » et la posologie est celle d’une seule goutte à la fois… Le plus sage est de recourir à une administration par voie cutanée, sur la partie inférieure du poignet. En pratique, on peut aussi diluer les HE dans de l’huile d’amande douce. Par prudence, on ne s’improvise pas aromathérapeute, surtout avec les enfants de moins de 12 ans. Pour éviter des produits frelatés, enfin, on n’achète ses HE que là où on a confiance, et on privilégie les produits bio.

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free