Skip to content
16 février 2016 / *Marion*

Jour 2 : « Seuls les tampons en 100% coton et les coupes menstruelles ne produisent pas de toxines causant le syndrome du choc toxique »

beautiful 71493 960 720 Jour 2 : « Seuls les tampons en 100% coton et les coupes menstruelles ne produisent pas de toxines causant le syndrome du choc toxique »

Marion : A l’inverse des produits d’ standards, qui contiennent environ 90% de plastique, ceux que vous fabriquez sont composés de coton biologique, de bioplastiques ou encore de pulpe de bois. Au-delà d’un impact écologique moindre, le choix de ces matériaux assure-t-il à la consommatrice une diminution drastique des risques d’irritations ou réactions (pouvant aller, rappelons-le, jusqu’au syndrome du en cas de port prolongé d’un tampon)? 

 : Certes, l’impact du plastique et des ingrédients synthétiques n’est pas uniquement un problème pour l’environnement. Au-delà des témoignages des femmes, il y a des recherches publiées[1] qui démontrent le lien entre certaines hygiéniques et des irritations de la peau. Les symptômes de la dermatite peuvent ressembler souvent à des mycoses vaginales : la peau devient rouge, gonflée et douloureuse, parfois avec de petites cloques. Dans une étude en Angleterre et au Canada[2], un gynécologue sur six a remarqué que ces genres de symptômes sont d’avantages  prononcés au moment des règles des femmes. Il faut savoir qu’il n’y a pas de réglementation obligatoire pour les serviettes hygiéniques et les protège-slips. Cela veut dire que l’on peut mettre n’importe quel ingrédient, sans même le déclarer sur les emballages.

Voici quelques ingrédients que l’on peut trouver dans les serviettes hygiéniques, sans parler des parfums synthétiques :

Schéma Natracare 300x187 Jour 2 : « Seuls les tampons en 100% coton et les coupes menstruelles ne produisent pas de toxines causant le syndrome du choc toxique »

Source: http://www.womensvoices.org/issues/detox-the-box/

Les sont aussi un souci pour la santé des femmes.  Un tampon conventionnel est normalement fabriqué avec un mélange de rayonne (matière synthétique) et de coton non-biologique. Parfois il y aura aussi une «  surenveloppe » («  overwrap ») en plastique. Les nôtres sont en 100% coton bio et rien d’autre.

Durant les 26 dernières années de fabrication, nous n’avons jamais vu aucun cas de syndrome de choc toxique avec nos tampons. On peut diminuer les risques en utilisant des tampons en 100% coton. C’est le résultat de la recherche du Dr Tierno et Hanna[3] au sujet du SCT qui a mis cela en évidence,  la seule publication évaluée, publié et complètement indépendante (cela veut dire qu’elle a été financé par l’université et non pas par des compagnies). Cette étude a montré que les fibres synthétiques (la rayonne) créent un environnement idéal pour la croissance des bactéries « Staphylococcus aureus ». Après avoir testé 20 marques de tampons, ils ont pu conclure que seuls les tampons en 100% coton ainsi que la NE PRODUISAIENT PAS de toxine causant le syndrome de choc toxique.

Ce n’est pas uniquement la rayonne qui pose un problème. Selon une étude de l’université de La Plata en Argentine, 85 % des tampons testés par leur équipe contenait du glyphosate, une substance chimique considérée comme  « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Il ne faut pas oublier d’autres ingrédients chimiques comme les colorants (qui peuvent irriter la peau) et le blanchiment au chlore. La production de dioxines dans le blanchiment au chlore est non seulement nocive pour l’environnement mais expose également  les femmes inutilement à des bas niveaux de dioxines à chaque fois qu’elles utilisent ces produits. La dioxine s’installe dans les cellules adipeuses de notre corps en s’accumulant au cours du temps et y reste jusqu’à la fin de nos jours. Une exposition accrue est donc synonyme d’un risque élevé. Ils sont classés en tant que cancérigènes, et on voit, entre autre,  de plus en plus de liens avec les maladies cardiaques et du foie, et les perturbations hormonales ainsi que l’endométriose.

Pour toutes ces raisons, Natracare est recommandée par les gynécologues.

 

 


[1] Contact dermatitis and Always sanitary Napkins, Erica L Eason, SM, MDCM, FRCSC; Perle Feldman, BSc, MDCM, CCFP, 1996 Canadian Medical Association Journal

[2] The secret sickness of women, investigation into Allergic Feminine Irritation by Natracare, 2008

[3] Propensity of Tampons and Barrier Contraceptives to Amplify Staphylococcus Aureus Toxic Shock Syndrome Toxin by Dr. Philip M. Tierno, Jr., Bruce A. Hanna BA, The Journal of Infectious Diseases in Obstetrics and Gynaecology, 2:140-145,1994.

Laisser un commentaire

Spam protection by WP Captcha-Free